Le PDG de BlueBotics reçoit le prix Industrie 4.0 2021

Nicola Tomatis, PDG de BlueBotics, a été récompensé lors de la quatrième édition annuelle du Prix Industrie 4.0 comme l’un des « Façonneurs » de l’industrie suisse.

Nicola Tomatis, PDG de BlueBotics, a été récompensé lors de la quatrième édition annuelle du Prix Industrie 4.0 comme l'un des "Façonneurs" de l'industrie suisse.
Nicola Tomatis, PDG de BlueBotics (quatrième à partir de la gauche), avec les autres lauréats (de gauche à droite) Martin Boeni, Joaquim Moussalli (au nom de Kenneth Funes Mora), Thomas Estier, Philippe Lambinet, Iris Desforges, Nuria Pazos, Andrea De Luca, Loïc Baboulaz et Thierry Melly.  | Image via msm.ch

Le prix Industrie 4.0 récompense l’innovation et vise à encourager les autres membres de la communauté. La Suisse est un centre mondial d’innovation et a été sacrée « pays le plus innovant » par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle pendant dix années consécutives. Cela est dû en partie à l’excellence des universités et des institutions scientifiques suisses. L’une de ces organisations, le Parc suisse d’innovation de Bienne (SIPBB), vise à accélérer la transformation de la recherche en produits commercialisables et a accueilli le prix Industrie 4.0.

Tous les  » Façonneurs  » ont parlé au Mensuel de L’Industrie. L’interview du magazine avec le PDG de BlueBotics, le Dr Nicola Tomatis, a été traduite et condensée ci-dessous.

Quels sont les produits et services offerts par BlueBotics ?

BlueBotics vend la technologie de navigation ANT®. Nos clients utilisent ANT® pour créer des véhicules guidés automatisés (AGV) et des robots mobiles autonomes (AMR), qui sont utilisés dans la production automobile ou électronique, les centres logistiques, les hôpitaux, etc.

Video: Les AGV pilotés par ANT® du client italien OPPENT en fonctionne dans un hôpital

Pourquoi vous êtes-vous lancés dans la robotique ?

J’ai toujours été passionné par la technologie. Après avoir « joué » avec l’électronique et les gadgets pendant mon adolescence, j’ai choisi d’étudier l’informatique parce que cela m’intéressait (même si c’était le début des années 90 et que l’internet n’existait pas encore !)

J’ai aimé étudier à l’ETH Zürich, mais je me sentais aussi frustré – je ne voulais pas faire une carrière où tout se passait sur l’ordinateur, dans une « boîte noire ». Un soir, j’ai vu un documentaire sur la robotique, qui a été une révélation. J’ai orienté mes études en informatique vers la robotique et j’ai eu la chance de faire un doctorat à l’EPFL, en me concentrant sur la navigation pour les robots mobiles. Une fois que j’ai choisi cette voie, tout s’est déroulé sans problème : J’ai obtenu mon doctorat en 2001, j’ai créé une start-up avec quatre collègues la même année, j’ai été nommé CEO en 2003 – et maintenant nous en sommes là !

Comment BlueBotics s’inscrit-elle dans la vision de l’Industrie 4.0 ?

Les robots mobiles et les AGV jouent un rôle absolument central dans l’Industrie 4.0. La numérisation et l’automatisation dans l’industrie impliquent de plus en plus une manutention flexible, qui est le plus souvent mise en œuvre avec des véhicules autonomes.

C’est exactement ce que nos clients réalisent en utilisant notre technologie de navigation ANT®.

Quels sont vos plans de développement à moyen et long terme ?

Avec une cinquantaine de clients dans le monde et plus de 80 autres en cours de commercialisation, nous avons créé un écosystème de fournisseurs de véhicules qui peuvent, grâce à notre technologie, travailler ensemble pour fournir aux clients finaux pratiquement n’importe quel type de véhicule automatisé.

BlueBotics 10 million kilometers
Les véhicules à moteur ANT® ont parcouru plus de 10 millions de kilomètres, soit près de 250 fois la circonférence du globe.

Cette interopérabilité est très appréciée des clients finaux, notamment des grandes entreprises qui cherchent à normaliser leur automatisation au niveau international.

Notre objectif est maintenant de promouvoir cette interopérabilité auprès d’entreprises de renommée mondiale comme Coca Cola, Google, Michelin, Nestlé, Procter & Gamble, Unilever, etc., afin de leur faire prendre conscience que notre technologie leur permet de travailler avec différents fournisseurs d’AGV tout en conservant les mêmes normes et en permettant à ces différents fournisseurs de livrer leurs véhicules pour qu’ils travaillent ensemble de manière transparente.

Quelle est votre vision personnelle de l’avenir de l’industrie en Suisse ?

La Suisse est un lieu idéal pour le développement de l’Industrie 4.0. La Suisse exporte plus de 50 % de son PIB tout en ayant l’un des coûts de main-d’œuvre les plus élevés au monde. Cette situation a des implications considérables. D’une part, notre nation peut fournir des produits et des services à haute valeur ajoutée. D’autre part, l’industrie suisse ne peut survivre et rester compétitive qu’avec un haut niveau d’automatisation.

Plusieurs pays industrialisés ont tenté de se désindustrialiser en délocalisant la fabrication afin de se concentrer davantage sur les services à domicile. L’histoire a montré que la délocalisation de l’industrie représente une perte importante de savoir-faire, qui n’affecte pas seulement l’industrie manufacturière, mais tend à se déplacer en amont de la chaîne de valeur au fil du temps.

C’est pourquoi des entreprises telles qu’Apple ont re-localisé depuis dix ans et ont même demandé à des sociétés de production asiatiques de ramener leur savoir-faire de production aux États-Unis pour les aider.

Rachel Rayner

Marketing & digital content manager | BlueBotics I'm a fan of cutting-edge technology, and love sharing the latest tech with the world.
BlueBotics - Autonomous Navigation Technology (ANT)

Commençons

Faites le premier pas vers l'automatisation de votre véhicule.
Planifiez un appel avec notre équipe d'experts dès aujourd'hui.